Fév
2
2015

Facebook serait-il devenu le moyen de communication le plus rapide ?

Dans le jargon classique, la communication est l’action de communiquer avec quelqu’un, d’être en rapport avec autrui, en général par le langage. Avec l’apparition de Facebook, cette définition garde toujours sa place mais son application se fait remettre en question. Etant un réseau social comprenant le plus de membre au monde (plus d’un milliard), Facebook permet ainsi d’échanger des messages et de publier des contenus. Cependant, une question se pose, ce réseau social permet-il vraiment de communiquer plus rapidement ?

Confirmée dans les pays riches :

Dans les pays développés, où l’accès à la connexion internet est devenu un droit, la rapidité de Facebook en tant qu’outil de communication est justifiée. En effet dans ces pays, la presse, les internautes et même les citoyens sont connectés 24h sur 24. Chaque information divulguée sur une page ou le compte d’une telle ou telle personne célèbre se fait savoir très rapidement qu’une trainée de poudre. Si on le prend dans ce sens, on peut affirmer que Facebook est bien un outil rapide de communication. Pour le marketing, Facebook est aussi d’une grande efficacité surtout chez les pays riches. Les artistes, les entrepreneurs ou les grandes sociétés l’utilisent pour promouvoir leur carrière. Ainsi toutes leurs activités peuvent être suivies instantanément par les fans ou les intéressés abonnés à leur page. Dans un contexte plus personnel, Facebook gagne un autre point dans sa rapidité. Le système de messagerie instantanée ou « chat », est aussi pratique que la correspondance par e-mail, mais à condition que les deux interlocuteurs sont en même temps connectés sur le réseau.

Moins rapide dans les pays pauvres :

Par contre la rapidité de Facebook reste à débattre dans les pays pauvres qui n’ont pas accès à la connexion haut débit. Nombreuses sont les personnes qui n’ont pas encore de compte Facebook et ne se connectent que rarement. Nombreuses en sont les causes, le manque de matériel, de connexion mais surtout l’analphabétisme. C’est la raison pour laquelle ils préfèrent opter pour les moyens classiques tels que le téléphone, les médias ou le plus social des réseaux : le bouche à oreille.

About the Author:

Leave a comment

You must be logged into post a comment.